Où sont les œuvres de Notre Dame de Paris ?

les-oeuvres-de-notre-dame-de-paris

Communément surnommée par le grand public « Notre Dame », située à l’île de la Cité, sa construction fut initiée par l’Évêque Maurice Sully et s’est prolongée sur plus de deux siècles. L’ampleur du chantier était colossale à l’époque et l’architecture est caractérisée par un mélange de gothique primitif et rayonnant. Cette cathédrale, considérée comme étant un patrimoine mondial fut l’objet d’un terrible incendie le lundi 15 avril 2019. Ce tragique évènement a fait le tour du globe et plusieurs organismes se sont déjà mobilisés pour apporter leurs aides et préserver ce fleuron de l’histoire. D’après les estimations, environ 5 à 10 % des œuvres ont été perdus définitivement malgré l’effort fourni par les pompiers. La question se pose, que sont devenues ses œuvres ?

Des reliques préservées, sauf pour certaines…

Le recteur de la cathédrale : Mgr Patrick Chauvet a rassuré les fervents catholiques sur l’état de la tunique de Saint-Louis et la couronne d’épines. D’après l’histoire, cette couronne était celle portée par Jésus avant sa crucifixion pour le ridiculiser. Ce n’est qu’en 1806 que ces trésors furent transférés de la Sainte Chapelle vers la cathédrale peu de temps avant la révolution. D’autres vestiges du passé comme un morceau de la croix sacré, une relique de Sainte-Geneviève et Saint Denis furent également préservés. Par miracle, des tableaux mythiques des « grandes Mays » dont les images d’un Saint Pierre sauvant les malades et celle de la conversion de Saint Paul furent préservés des flammes ardentes. Par contre, la fameuse flèche Viollet-le-Duc n’a pas pu survivre à ce fléau et les seize statues représentants les apôtres se sont retrouvées orphelines. Concernant les vitraux de Notre Dame, des incertitudes subsistent encore face à l’ampleur des dégâts. Avec l’effondrement de la charpente à cause de la chaleur pesante, ces vitraux ont explosé. Heureusement, les rosaces face Nord ont été épargnées et devront être démontées sous peu.

Dans quels lieux ces œuvres seront stockées ?

Le lundi soir même de l’incident, les pompiers ont réussi à évacuer ces vestiges en lieu sûr quelques mètres plus loin à l’Hôtel de Ville de Paris. Ce n’est alors qu’une trentaine de pièces qui ont bénéficié de ce transfert urgent et précipité. D’après Franck Riester, ministre de la Culture, ces reliques furent par la suite transportée au musée du Louvre et attendant les prochaines mesures. Toutefois, les perspectives de restauration ont déjà fait l’objet de débat, c’est-à-dire plus de 1000 œuvres artistiques et religieuses. D’après France info, ce n’est qu’une infime partie des objets ancestraux préservés à Notre Dame qui aura recourt à ces soins. Les actions menées seront assurées par le laboratoire de recherche sur les monuments historiques en collaboration avec le centre de recherche et de restauration des musées de France. D’autres pièces comme l’orgue se trouvent encore actuellement dans la cathédrale. Selon les témoins, il n’a subi dommages majeurs si ce n’est les agressions de la suie. Des doutes et des inquiétudes persistent face aux pièces imbibées d’eau, de moisissures et autres ennemies comme la fumée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *